À propos

En 1974, sous l’égide de la MJC Mandelieu, le club de judo se situait dans une salle devant la mer, face au casino qui à l’époque n’existait pas. C’était un baraquement d’environ 70 m2 avec une surface de tapis de 60 m2. Le professeur s’appelait Pierre MOHN et enseignait à une trentaine d’enfants et d’adultes.
En 1975 le club, fort d’environ 60 à 70 membres, déménagea dans un autre local situé dans le centre ville, à côté du Centre Expo Congrès. Il était un peu plus grand, chauffé, et fut aménagé à convenance. A la demande du directeur de la MJC, Gérard ECAILLET accepta de s’occuper de la section judo.
En 1976, Pierre MOHN souhaita se faire remplacer pour la direction technique. Contacté, le président du département du judo, Paul PARENT, conseilla de s’affilier à la Fédération Française de Judo, afin de participer aux compétitions fédérales, aux stages de formation, etc. Les conditions d’affiliation nécessitaient d’avoir un professeur diplômé d’état et de licencier les membres à la FFJDA. Monsieur PARENT demanda à Gérard ECAILLET de faire partie de son comité directeur.
En 1977, Yves FRANGIONI professeur à Grasse, remplaça Pierre MOHN, et le club fut affilié à la FFJDA. Les licenciés étaient alors au nombre de 90. Les judokas commençaient à participer à des compétitions et à connaître quelques modestes résultats. Sous la MJC, la salle était commune avec le karaté ; charge aux deux clubs de se répartir les horaires et jours occupés respectivement.
En 1978, suite à la fermeture de la MJC, la municipalité, par l’intermédiaire de Monsieur BARRELI (adjoint), accepta de laisser la salle à la disposition du judo.
Quelques membres du club décidèrent alors de déposer les statuts du judo club de Mandelieu.
La même année, la municipalité organisa une sélection entre les différents sportifs de la commune, afin de participer aux jeux sans frontière à Lincoln, en Angleterre.
Le professeur Yves FRANGIONI et Gérard ECAILLET passèrent les épreuves et furent retenus pour l’équipe de Mandelieu, qui devait représenter la France le 26 août 1978. Cette saison-là, le club comptait 120 licenciés. Les compétitions se poursuivaient et quelques individualités (DOULIERI, BASTON) se firent remarquer.
Le 20 mai 1979, la première ceinture noire issue du club fut obtenue par Gérard ECAILLET.
A la rentrée 1980, Daniel PINATEL et Alain BINI deux professeurs exerçant déjà dans la région remplacèrent Yves FRANGIONI. Ce binôme fonctionna bien, les deux personnages étant complémentaires, malgré des gabarits différents.
Cette année-là, 110 licenciés étaient inscrits et les professeurs appréciés. Le karaté, qui n’avait pas suivi le club lors de la suppression de la MJC, demanda à s’associer. Après concertation, le comité directeur accepta que la section karaté fasse partie du judo club de Mandelieu, avec toutefois une comptabilité séparée.
En 1981, Alain BINI enseigna seul, Daniel PINATEL ne pouvant plus assurer de cours à Mandelieu. Il indiqua alors un de ses élèves de Cannes, Cinto CUNADO, qui pourrait enseigner l’année suivante uniquement à Mandelieu, tout en étant licencié du club.
Il lui fallait toutefois devenir professeur diplômé d’état ; le club obtint donc une dérogation provisoire, en attendant qu’il passe son diplôme. Très apprécié dès son arrivée à Mandelieu, Cinto devint professeur ; il l’est encore à ce jour.
En 1982, le dojo déménagea à la salle Héraklès, pour une surface d’environ 160 m2. La scission avec le karaté eut lieu en 1990 ; les Arts Martiaux de Mandelieu devinrent le Judo Club Mandelieu. Enfin, en 1997 le club s’installa au Dojo Albert Camus, avec à peu près 250 m2 de tapis.